Dans cette catégorie

Le développement durable

On ne peut parler de responsabilité sociétale des entreprises sans évoquer le dévellopement durable et replacer celle-ci dans ce contexte

Définition du développement durable

Pour l'AFNOR en 2012, un état est dit « durable » si « les composantes de l'écosystème et leurs fonctions sont préservées pour les générations présentes et futures ».

Dans cette définition, « les composantes de l’écosystème incluent, outre les êtres humains et leur environnement physique, les plantes et les animaux.

Pour les êtres humains, le concept sous-entend un équilibre dans la satisfaction des besoins essentiels : conditions économiques, environnementales, sociales et culturelles d'existence au sein d'une société. ».

En 1987, la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le rapport Brundtland définissait le développement durable de la façon suivante :
« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.
Deux concepts sont inhérents à cette notion :

  • le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité
l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. »

L'émergence du concept de développement durable remonte au début du xxe. L'idée d'un développement pouvant à la fois réduire les inégalités sociales et réduire la pression sur l'environnement a fait son chemin. Nous pouvons en retracer quelques jalons majeurs :

  • 1965 : l'Unesco organise une conférence sur la biosphère
  • 1968 : création du Club de Rome
  • 1971 : création en France du Ministère de la protection de la nature et de l'environnement
  • 1972 : le Club de Rome publie le rapport The limits to growth (Les limites à la croissance)
  • 1972 : une conférence des Nations Unies sur l'environnement humain à Stockholm expose notamment l'éco-développement, les interactions entre écologie et économie, le développement des pays du Sud et du Nord. Il sera rétrospectivement qualifié de premier Sommet de la Terre. L'environnement apparaît comme un patrimoine mondiale essentiel à transmettre aux générations futures.
  • 1980 : l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature publie un rapport intitulé "La stratégie mondiale pour la conservation" où apparaît pour la première fois la notion de « développement soutenable »
  • 1985 : Convention de Vienne sur la protection de la couche d'ozone
  • 1987 : une définition du développement durable est proposée par la Commission mondiale sur l'environnement et le développement (rapport Brundtland). Le protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d'ozone est signé
  • 1990 : le premier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) commence à alerter la communauté internationale sur les risques du réchauffement climatique dus à la concentration dans l'atmosphère de gaz à effet de serre.
  • 1991 : le Premier ministre français Édith Cresson évoque le terme de développement durable dans son discours de politique générale
  • 1992 : troisième sommet de la Terre, à Rio de Janeiro. Consécration du terme « développement durable », le concept commence à être largement médiatisé devant le grand public. Adoption de la convention de Rio et naissance de l'Agenda 21. La définition Brundtland, axée prioritairement sur la préservation de l'environnement et la consommation prudente des ressources naturelles non renouvelables, sera modifiée par la définition des « trois piliers » qui doivent être conciliés dans une perspective de développement durable : le progrès économique, la justice sociale, et la préservation de l'environnement.
2016 - Deployed by Joomla - Frank Mestas

Please publish modules in offcanvas position.